La vallée et le parc Josaphat

LA VALLEE ET LE PARC JOSAPHAT, JUSTE EN FACE DU B&B!

La vallée de Josaphat, portait jadis le nom de Kattepoel, qui signifie « mare endiguée ».

Un peu d’histoire…

C’était l’endroit le plus remarquable du Schaerbeek antique, car on y découvrit d’innombrables fossiles, dont une mâchoire d’éléphas antiquus en 1908 (éléphant de petite taille)!

Ceci n’est pas un éléphant…!

Les Nerviens, peut‑être des réfugiés fuyant l’avance de Jules César, y laissèrent de nombreux objets de la vie quotidienne. Tout semble donc indiquer que ces lieux furent habités depuis les temps les plus reculés.

Cette vallée s’étendait sur une longueur de 2 kilomètres.

Elle était parcourue par un petit ruisseau au nom de Roodebeek, qui prenait sa source au plateau de Linthout, à hauteur des installations de la RTBF/VRT.

Celui-ci alimentait les neuf étangs du parc Josaphat, dont seuls trois subsistent, pour se jeter enfin dans le Maelbeek, aux environs de la rue de Jérusalem, à hauteur du building « Brusilia ».

L’origine du nom…

La dénomination de « Vallée de Josaphat » trouve son origine en 1574.

Un riche Bruxellois, au retour d’un pèlerinage en Terre sainte, voit une ressemblance entre le site schaerbeekois et la vallée de Josaphat, qui s’étend aux portes de Jérusalem.

Il décide alors de baptiser cet endroit « Josaphat ».

… et son évolution!

En bordure de la vallée s’érigeait une propriété, construite par le Sieur Adrien Louts, marchand de draps.

Il avait reçu l’autorisation de l’empereur Charles VI, le 25 novembre 1720, d’enclore celle-ci d’une muraille.

À sa mort, ce domaine passa entre les mains de plusieurs propriétaires et fut vendu à Félix Martha qui lui donna le nom de « château Martha ».

L’intervention de Léopold II et de la commune

En 1900, suite au décès de Félix, Martha eut l’intention de déboiser le domaine.

Alors, le Roi Léopold II intervint auprès du collège de Schaerbeek.

Il suggéra la création d’un parc public d’une superficie de 6 ha.

En 1902, la commune acheta le domaine pour la somme de 331.718 francs, par voie d’expropriation pour cause d’utilité publique.

L’aménagement du parc fut confié, à l’architecte paysagiste Edmond Galoppin, dont le souci fut de préserver le site tel qu’il était alors, avec la « Fontaine d’Amour », le ruisseau, le vieux sentier, les étangs et les arbres d’origine, que nous connaissons encore de nos jours.

Fontaine d’amour

Le parc fut officiellement inauguré le dimanche 26 juin 1904.

La plaine de jeux
Pont sur un des étangs

Merci à Léon Verreydt pour son article inspirant et ses photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *